Rechercher
Rechercher par Type

Soutien à la recherche sur les énergies renouvelables

  • Imprimer
  • Envoyer un e-mail
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus
  • Pin it

Les biocarburants

Un biocarburant est un carburant liquide issu de la transformation de matériaux d’origine animale ou végétale dénommé biomasse. Il constitue donc une énergie renouvelable.

Toutefois, certains biocarburants ont fait l’objet de critiques ces dernières années. Air France-KLM porte la plus grande attention à ces questions afin de promouvoir des filières de biocarburants durables qui n’entraînent pas d’impact environnementaux ou sociaux négatifs.

 

►  Une priorité stratégique pour Air France-KLM

Les biocarburants durables sont la voie la plus prometteuse pour réduire de manière drastique les émissions de CO2 de l’aérien tout en  garantissant une sécurité d’approvisionnement. Ils seront essentiels à l’atteinte des objectifs de réduction d’Air France-KLM et du secteur aérien tout entier qui ne dispose pas d’alternative aux carburants liquides.

 

Air France-KLM s’implique activement au sein de l’industrie du transport aérien afin de favoriser le développement de carburants durables pour l’aviation. 

Les réserves de biomasse durable destinées à la production de biocarburants liquides étant limitées, Air France- KLM plaide pour la mise en place de politiques et de réglementations globales centrées sur l’utilisation de ces ressources limitées par les secteurs ne pouvant encore bénéficier d’aucune alternative aux carburants liquides. Le rapport Energie du WWF « Pour une énergie 100 % renouvelable d’ici 2050 » soutient la position d’Air France KLM à cet égard.


► Les clés pour des biocarburants plus durables

Air France-KLM reconnaît le potentiel que représente la biomasse issue de la valorisation des déchets, des récoltes et des ressources forestières en tant que source d’énergie renouvelable, mais souligne qu’une politique d’aménagement du territoire pertinente ainsi qu’une amélioration de la gouvernance et de la coopération internationales constituent également des aspects essentiels de cette question.

En quoi un biocarburant réduit-il notre impact carbone ?

     

La combustion du biocarburant émet autant de CO2 que le kérosène traditionnel soit 3,15 tonnes de CO2 par tonne de kérosène brûlé. Cependant, elle ne fait que réémettre dans l’atmosphère le carbone prélevé par la biomasse lors de sa croissance. Aussi l’analyse du cycle de vie (culture, récolte, traitement et utilisation finale) d’un biocarburant réalisée par l’université technologique du Michigan a démontré une réduction de CO2 allant jusqu’à 80 % par rapport au kérosène fossile.

► Agir avec des projets concrets

 

Air France-KLM, qui s’était engagé à utiliser des biocarburants dès qu’ils seraient disponibles et certifiés, a tenu parole avec l'opération Lab'line for the future.

Depuis le 17 septembre 2014, Air France effectue un vol hebdomadaire au biocarburant, entre Toulouse et Paris-Orly. Ces vols sont opérés par un Airbus 321 équipé de moteurs CFM5 et alimentés en biocarburant Farnesane (10% d'incorporation dans le kérosène classique). Ce biocarburant est produit par Total-Amyris à partir de canne à sucre et a été certifié par la RSB. Grâce au soutien financier des 14 partenaires engagés dans le projet, ces vols sont opérés pendant plus d'un an.

POUR EN SAVOIR PLUS, cliquez sur le visuel ci-dessous :

 

 

 

 

Participer aux recherches sur le climat et l’innovation technologique

► Aider à la connaissance des émissions de l’aviation

RECHERCHE SUR LE CLIMAT

Les émissions de CO2 ne sont pas les seules émissions issues de l’aviation. Par exemple, la vapeur d’eau ou les suies rejetées par les moteurs influencent la formation des traînées de condensation.

Leur impact sur le climat est encore mal connu. La communauté scientifique a besoin de renforcer ses connaissances à l’aide de mesures qu’Air France contribue à collecter en transportant des instruments à bord de ses avions depuis 1994. Depuis juin 2013, Air France transporte à bord d'un Airbus 340 des instruments de mesure de l'atmosphère. Le programme européen IAGOS (In-service Aircraft for a Global Observing System) assure une surveillance du climat et de la pollution atmosphérique à l'échelle mondiale. Les informations collectées présentent un grand intérêt pour ces recherches, d'autant plus que l'appareil dessert notamment les Antilles et l'Afrique de l'Ouest, zones peu couvertes par les autres compagnies soutenant ce projet. Les relevés sont mis à disposition des centres météorologiques internationaux et des scientifiques du monde entier, notamment pour l'étude du cycle du carbone et pour la vérification des émissions de CO2.

 

MODERNISATION DU CIEL EUROPEEN

En 2014, Air France a rejoint le SESAR Deployment Alliance, une entité chargée de planifier et coordonner une modernisation massive de l'espace européen. Nommée par la Commission européenne, cette instance interprofessionnelle unique est composée de 4 compagnies aériennes, 25 aéroports et 11 services de contrôle du trafic aérien. Elle est chargée de superviser la mise en oeuvre du Ciel unique européen pour un budget de 3 milliards d'euros, afin d'améliorer l'efficacité opérationnelle, de diminuer les retards et de renforcer les performances environnementales.

► Préparer la prochaine génération d’avions

Air France participe au Conseil pour la Recherche en Aéronautique Civile (CORAC) autour d’Airbus, EADS, Thalès, Safran, etc., afin d’établir la feuille de route des recherches françaises en aéronautique d’ici à 2050, notamment sur l’avion électrique ou composite.