Rechercher
Rechercher par Type

Soutien aux ONG environnementales

  • Imprimer
  • Envoyer un e-mail
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus
  • Pin it

Lutte contre la déforestation à Madagascar :

 

Programme Holistique de Conservation des Forêts

(PHCF) à Madagascar

 

 

LA DEFORESTATION représente 15 % des émissions de gaz à effet de serre, soit l'équivalent du secteur des transports, tous modes confondus (2 % pour le transport aérien). Au cours des 50 dernières années, la planète a perdu environ 50 % de ses forêts : près de 13 millions d’hectares de forêts disparaissent chaque année dans le monde. Partout sur la planète, cette déforestation entraîne des problèmes climatiques, sociaux, économiques mais aussi des problèmes d’érosion et des pertes massives de biodiversité, 75 % des espèces animales et végétales terrestres de la planète vivent en effet dans les forêts.

En s’appuyant  sur un partenariat innovant entre la compagnie Air France, l’Agence Française de Développement (AFD) et le Fond Française pour l’Environnement Mondiale (FFEM), l’association Etc Terra met en œuvre en collaboration avec ses partenaires WWF Madagascar et Agrisud International un programme de lutte contre la déforestation de grande ampleur.

Sur une surface totale de 240 000 hectares réparties sur 2 sites, le PHCF vise à combiner pleinement préservation des écosystèmes forestiers naturels et amélioration des conditions de vie des populations locales. Ce programme, dont une des finalités est la lutte contre le changement climatique, s’inscrit pleinement dans les négociations sur la Climat (COP 21) à travers le mécanisme REDD+[1].

 

Contexte 


Madagascar est classé parmi les « hot spot » de la biodiversité mondiale, avec des taux d’endémisme de 80% pour la faune et 90% pour la flore. Les forêts n’occupent plus que 8,4 M ha (16,9% du territoire) et le taux de déforestation est estimé à 1,5% par an sur la période 2010-2013 contre 1,18% sur la période 2005-2010. En 8 ans Madagascar a ainsi perdu près d’un million d’hectares de forêt (soit l’équivalent d’un carré de 100 km de côté). Les forêts occupent une superficie totale de 129 010 km2 (18,5% du territoire), mais le taux de déforestation est estimé à 0,53% par an sur la période 2000-2005, équivalant à une perte de forêt de 50 000 ha/an. Celui-ci s’explique par la très forte croissance démographique et par le niveau de pauvreté particulièrement élevé de la population. Les principales raisons de la déforestation à Madagascar sont les cultures itinérantes de subsistance et les cultures de rente, généralement pratiquées sur brûlis, la production de charbon de bois, le décapage lié aux programmes d’exploitation minière, l’extraction illicite d’essences précieuses et le pâturage en forêt.

 

Objectifs et contenu du projet

Le Programme Holistique de Conservation des Forêts (PHCF) a pour finalité de contribuer à la préservation des écosystèmes forestiers naturels et à l’amélioration des conditions de vies des populations riveraines de ces forêts.

Après une première phase mise en œuvre par la fondation Goodplanet entre septembre 2008 et décembre 2012, la deuxième phase du PHCF est mise en œuvre depuis Novembre 2014 par l’association Etc Terra sur une durée de quatre ans, dans les forêts humides du Corridor Marojejy, Anjanaharibe Sud, Tsaratanana (COMATSA) dans les régions SAVA-DIANA-SOFIA, et de Beampingaratsy, dans la région ANOSY.

 

Le PHCF II est structuré en quatre grandes composantes :

 

1. Poursuite et renforcement des activités de conservation.

Dans la continuité de la 1ere phase, le PHCF permet de renforcer les 52 Communautés de Base (COBA) déjà associées au programme et les structures de gestion des Nouvelles Aires Protégées (NAP) afin de :

·         Assurer la pérennisation des Transferts de Gestion des Ressources Naturelles (TGRN) déjà officialisés et poursuivre le processus vers la mise en protection définitive des 2 NAP ;

·         Réduire la pression sur les zones de conservation ;

·         Assurer la gestion (voire l’extension) des parcelles de reboisement et de restauration écologique implantées pendant la 1ere phase.

Cette composante est mise en œuvre par WWF Madagascar.

2. Poursuite et renforcement des pratiques alternatives durables

En vue de réduire les pressions sur les ressources naturelles, en particulier sur les ressources  forestières ligneuses et non ligneuses, le PHCF engage des activités pour le renforcement de pratiques alternatives durables par la mise en œuvre de Schémas d’Aménagement et de Gestion des terroirs des COBA, d’appuis à la diversification agricole, à la promotion d’activités génératrices de revenus, et à l’intensification agro-écologique.

Ces activités sont concentrées sur les versants orientaux des deux sites et visent notamment à :

·         Aménager 600 ha terrains de culture de façon durable (moyennant des techniques agro-écologiques) ;

·        
Appuyer individuellement 1350 ménages dans la diversification et l’amélioration de leurs systèmes de production, le développement d’activités génératrices de revenus et l’intensification de leurs pratiques ;

·         Assister l’implantation de 3 guichets fonciers.

Cette composante est mise en œuvre par l’association Agrisud.

3. Valorisation carbone du projet

Dans la continuité des études scientifiques réalisées lors de la 1ere phase, le PHCF poursuit le travail de recherche sur le carbone forestier en collaboration avec ses partenaires scientifiques. Par ailleurs, un des objectifs du PHCF est d’être certifié REDD+ selon un standard international[2], afin de générer des financements et pérenniser ainsi les acquis du projet. Enfin le PHCF contribue activement au développement de la stratégie nationale REDD+ malgache.

Cette composante est mise en œuvre directement par l’opérateur du projet, l’association Etc Terra.

4. Coordination, suivi - évaluation du projet

Etc Terra assurera la coordination générale du projet, la gestion administrative et financière, l’élaboration des programmes d’activité annuels et de leurs budgets correspondants, l’élaboration des rapports d’activité, etc. La mise en cohérence des activités mises en oeuvre par Agrisud et WWF sera assurée par un suivi-évaluateur spécifiquement dédié à cette tâche.

 

Coût et financement

La 1ère phase du PHCF a été intégralement financée par Air France (5,5 M€). La 2nde phase porte sur un montant de 4,5 M€. Elle sera financée jusqu’à fin 2017 par l’AFD (2 M€), le FFEM (1,5 M€) et Air France (1 M€).

 

Effets attendus du projet

Effets économiques

Le PHCF II prévoit de concentrer ses efforts sur le développement des pratiques alternatives et des  activités génératrices de revenus permettant d’améliorer les conditions de vie des populations rurales. Les activités de diversification et d’intensification agricole contribuent, en outre, à la sécurité alimentaire dans des zones particulièrement pauvres et enclavées.

 


Effets environnementaux

Le PHCF contribue à la lutte contre la déforestation et la dégradation des forêts, à la préservation de la biodiversité dans des zones remarquables, classées parmi les paysages prioritaires en matière de conservation de la biodiversité par WWF. Le PHCF vise également la continuité écologique de ses sites d’intervention avec d’autres aires protégées (existantes ou en création).

Le PHCF, projet pilote REDD+, contribue à la lutte contre la déforestation et la dégradation des forêts, à la séquestration de carbone forestier (restauration écologique, reforestation) et contribue de ce fait à la réduction des émissions de gaz à effets de serre.

Effets sociaux

La démarche du PHCF II est participative et a pour but l’appropriation par les communautés locales. La mise en place de Transfert de Gestion des Ressources Naturelles (TGRN) implique l’adhésion des communautés locales et la création de communautés de base (COBA) regroupant les individus sur une base volontaire. Les activités de conservation et la promotion des pratiques alternatives permettent de conforter la cohésion sociale.

Effets institutionnels

Le PHCF travaille en collaboration  avec le Ministère de l’Environnement et des 
Forêts et de la Direction Générale des Forêts, celui-ci assurant la présidence du comité de pilotage.

Le PHCF contribue à l’élaboration de la stratégie REDD+ nationale et du système Mesure, Notification, Vérification (MRV). Il s’implique plus particulièrement dans les actions qui visent à i) établir un scénario de référence régional pour les forêts humides de Madagascar, ii) aborder les aspects juridiques de la propriété et de la répartition des crédits carbone entre l’Etat, les communautés locales et les porteurs de projets.

Durabilité des effets du projet

Le transfert de capacités vers les acteurs locaux et les services décentralisés est envisagé dans le cadre du projet, avec le transfert des compétences de gestion des NAP du WWF aux structures locales de coordination et d’encadrement. La composante carbone visera également la pérennité financière du projet avec l’élaboration de deux documents de projet, permettant d’envisager la vente de crédits carbone sur le marché volontaire.



[1] Réduction des Emissions issues de la Déforestation et de la Dégradation des forêts et d'accroissement des stocks de carbone forestier (+).

[2] Verified Carbon Standard ou autres

 


La déforestation représente 15 % des émissions de gaz à effet de serre, soit l'équivalent du secteur des transports, tous modes confondus (2 % pour le transport aérien). Au cours des 50 dernières années, la planète a perdu environ 50 % de ses forêts : près de 13 millions d’hectares de forêts disparaissent chaque année dans le monde. Partout sur la planète, cette déforestation entraîne des problèmes climatiques, sociaux, économiques mais aussi des problèmes d’érosion et des pertes massives de biodiversité, 75 % des espèces animales et végétales terrestres de la planète vivent en effet dans les forêts.

En partenariat avec GoodPlanet, Air France soutient un projet de très grande ampleur, le Programme Holistique de Conservation des Forêts (PHCF), couvrant 515 000 hectares de forêt à Madagascar.

Air France a décidé en 2008, d’investir 5 millions d’euros sur 4 ans sur ce projet mené par la Fondation GoodPlanet et opéré localement par le WWF. Les objectifs du projet sont :

  • Maintenir le stockage potentiel de 60 à 70 millions de tonnes de carbone
  • Aider au développement des populations locales
  • Protéger la biodiversité de l’île

Pour en savoir plus sur le projet, téléchargez la brochure