Rechercher
Rechercher par Type

La politique carburant d'Air France

  • Imprimer
  • Envoyer un e-mail
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus
  • Pin it

EN BREF

Comme la majorité des grandes compagnies aériennes, le groupe Air France-KLM a mis en place des « couvertures » afin d’amortir les fluctuations des cours du pétrole.

Cela consiste à acheter des instruments financiers qui fixent à l’avance (deux ans) une fourchette de prix. C’est une forme d’assurance contre l’impact de la fluctuation des prix du carburant dans nos comptes.

La stratégie de couverture carburant est décidée par le Comité Exécutif du groupe Air France-KLM et validée par son Conseil d’Administration.

Le taux de couverture d’Air France-KLM se situe dans la moyenne des compagnies européennes : 60% de la consommation de l’année à venir.

 


 

 

Dans sa politique de couverture, Air France poursuit deux objectifs :

  • disposer d’une visibilité pour préparer nos budgets à deux ans, sur un poste de dépense annuelle qui oscille entre 3 et 5 milliards de dollars ;
  • être en ligne avec la structure de coûts de nos concurrents les plus proches.

La stratégie de couverture des dépenses carburant d’Air France-KLM est établie sur un horizon de 24 mois glissants. Chaque trimestre, Air France couvre 10% de ses besoins estimés sur la période à venir allant de 9 mois à deux ans. La compagnie se trouve ainsi couverte à hauteur de 60% de la consommation carburant passagers (les volumes cargos sont exclus de la stratégie depuis le 1er janvier 2016) sur le trimestre en cours ainsi que sur les 2 suivants. Cela signifie donc que le prix de 60% des volumes carburants consommés a déjà été fixé à terme sur les marchés financiers (prix d’achat physique + résultat des couvertures).


Il est important de noter que la couverture carburant génère des flux financiers (pas de livraison physique à terme) qui s’inscrivent dans les comptes et viennent donc balancer le prix des achats physiques de carburant (lesquels se font toujours au prix de marché).

Le fondement de la couverture carburant est ainsi de permettre de lisser et de rendre lisible le prix du carburant en gommant la volatilité. Le fait de figer les prix à venir sur une partie des volumes consommés implique que si les prix de marché montent, alors la politique de couverture va enregistrer des gains. Inversement s’il s’avère que le marché décline, les couvertures perdront de l’argent. Néanmoins, les volumes non couverts (40%) supporteront l’intégralité de l’évolution des prix de marché (à la hausse comme à la baisse).

Qui décide de notre stratégie couverture carburant ?

La stratégie de couverture carburant est décidée par le Comité Exécutif du groupe Air France-KLM et validée par son Conseil d’Administration. L’application de la stratégie est contrôlée au minimum une fois par an par le Comité d’Audit (émanation du Conseil d’Administration). Le RMC (Risk Management Committee) se réunit une fois par trimestre. Il est composé des Présidents et directeurs généraux Finances d’Air France-KLM, d'Air France et de KLM. Le RMC suit la mise en œuvre de la stratégie et, si besoin, peut être amené à l’amender : ralentissement, accélération, nouveaux instruments, allocation de budget de prime (achat d’options), etc.

Comment se situe-t-on par rapport à nos concurrents ?

Nous analysons régulièrement les politiques de couverture existantes dans le reste de l’industrie et bien qu’il existe des différences significatives en fonction du type de compagnie ou de leur origine géographique, notre politique apparaît tout à fait en ligne avec celles de nos principaux concurrents (IAG, LH).

Certaines compagnies couvrent leur carburant à 100% sur l’année à venir (Ryanair), d’autres le font à des niveaux plus faibles et certaines ne se couvrent pas.

S’agissant du groupe Air France-KLM, notre taux de couverture se situe dans la moyenne des compagnies européennes (60% de la consommation de l’année à venir).

Les marchés financiers sont vigilants sur les orientations prises par chacune des compagnies aériennes et ils ne notent pas de « sous-performance » d’Air France-KLM dans ce domaine.