Rechercher
Rechercher par Type

AF 447 - Réaction d'Air France

  • Imprimer
  • Envoyer un e-mail
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus
  • Pin it

Air France tient à réagir à certaines rumeurs et contre vérités publiées dernièrement par voie de presse concernant l'accident du vol AF447 du 1er juin 2009.

La compagnie tient a rappeler les faits suivants :

Le nuage de cristaux de glace ayant entraîné la perte des informations de vitesse n'était pas détectable par le radar de l'avion.

Le seul rapport définitif publié à ce jour par le BEA, venant clore l'enquête technique sur cet accident, a démontré dans son analyse et ses conclusions, qu'un enchaînement et une combinaison de plusieurs facteurs - techniques et humains - ont conduit à la perte de l'appareil. Le rapport du BEA décrit un équipage qui agit en fonction des informations fournies par les instruments et systèmes de bord, et du comportement de l'avion tel qu'il était perceptible dans le cockpit : indications des instruments, déclenchements et arrêts des alarmes, bruits aérodynamiques, vibrations de l'appareil, etc. La lecture qui en a été faite ne lui a pas permis d'appliquer les actions appropriées.

Par ailleurs, le BEA n'a jamais retenu d'éléments liés à la vie privée de l'équipage ou son séjour à Rio comme ayant pu être un facteur contributif à cet accident.

Les tours de repos organisés au sein de l'équipage étaient conformes à ce que prévoit le manuel d'exploitation de la compagnie.

Aussi, avant de quitter le poste de pilotage, le commandant de bord participe normalement au briefing avec les 2 pilotes et aucune mention relative à un risque particulier n'est mentionnée, le nuage de cristaux de glace n'étant pas détectable au radar.

Comme l'a établi de façon formelle le BEA dans son rapport définitif, au moment de la perte des indications de vitesse, les 2 pilotes étaient dans le poste de pilotage aux commandes de l'appareil.

De plus, 1 minute et 38 secondes après le début de l'incident, les 2 pilotes ont été rejoints par le commandant de bord.